5 plantes sauvages faciles à cuisiner

Partager l'article :

Le sujet des plantes sauvages comestibles m’intéresse depuis un moment et aujourd’hui, c’est Nathalie qui a gentiment accepté de nous présenter 5 plantes sauvages faciles à cuisiner. Le sujet est passionnant et présenté par une passionnée. Merci à elle ! (texte + photos ;-))

Pour plus d’informations et de recettes, Nathalie tient le blog https://plantes-sauvages-comestibles.com

Plantes faciles à cuisiner N° 1 : L’ORTIE

Avez-vous déjà goûté à une soupe d’ortie ? Non ?  Vous devriez… C’est tellement bon ! Au goût, pour la santé et pour la planète…

Si vous avez envie de vous mettre à connaître et à utiliser les plantes sauvages comestibles, l’ortie est vraiment LA plante avec laquelle commencer. Elle a tout pour elle : Premièrement elle est facile à reconnaître. Même un enfant sait reconnaître l’ortie. Au plus tard quand ça pique, vous êtes fixés ! Deuxièmement, l’ortie est pleine de vitamines, de minéraux et contient un grand pourcentage de protéines complètes (30 à 40% de son poids sec). Troisièmement, elle a plein de vertus bénéfiques pour la santé : elle aide le corps à se débarrasser de ses toxines et elle le reminéralise (entre autres). Et quatrièmement, elle est présente partout, en abondance et gratuitement !

ortie plante sauvage à cuisiner
panier d’orties !

Pour cueillir l’ortie, il faut porter des gants. Le plus pratique est de ne cueillir que les pointes de l’ortie, c’est-à-dire les 5 à 10 centimètres au sommet de la plante. C’est la partie la plus tendre, la plus récente et de ce fait la plus propre aussi. Cueillez AVANT la floraison des orties car après elles changent de goût qui devient poissonneux et désagréable.

Cet article pourrait aussi vous intéresser : cuisiner(et manger) des orties

Soupe d’ortie et bien d’autres recettes

Ca y est, vous avez rempli votre panier ? Allons à la cuisine ! Il suffit de procéder comme pour des épinards ou autres légumes feuilles. On va laver nos pointes d’ortie et les utiliser dans nos soupes, quiches, farces, gratins, poêlées de légumes etc. Pour la soupe, c’est tout simple : vous faites revenir un oignon dans de l’huile d’olive, vous ajoutez de l’eau, des pommes de terre coupées en cubes, les orties, sel et poivre et vous faites cuire jusqu’à ce que les pommes de terre soient tendres. Mixez ou pas, crémez ou pas, c’est comme vous le préférez.

Quand c’est la saison des courgettes, j’adore cette même recette en remplaçant les pommes de terre par des courgettes. On peut même la manger froide.

Une recette rapide et healthy à base d’ortie consiste à faire cuire les pointes d’ortie 2 minutes à la vapeur douce (c’est-à-dire sans pression) ou de les plonger tout simplement quelques secondes dans l’eau bouillante. Les égoutter, verser un filet d’une bonne huile, un peu de fleur de sel… un délice !

Ici la recette des chaussons aux orties et au potimarron : https://plantes-sauvages-comestibles.com/lortie-plante-extraordinaire/

Quelques critères de reconnaissance de l’ortie :

  • Tige carrée, unique, c’est-à-dire qu’elle ne se ramifie pas
  • Feuilles dentées, pointues et d’un vert sombre, tirant vers le bleu
  • Les feuilles sont « opposées en croix » ce qui veut dire que quand vous regardez l’ortie du haut, vous avez une paire de feuilles qui s’opposent, un peu en dessous une autre paire de feuilles perpendiculaire et ainsi de suite
  • Feuilles et tige sont couverts de poils urticants
  • Petites fleurs verdâtres et disposées en grappe à l’aisselle des feuilles
Les personnes qui ont lu cet article, ont aussi lu :   Ma démarche ''Moins de déchets'' dans ma cuisine

Plantes faciles à cuisiner N° 2 : LE PISSENLIT

Vous connaissez forcément le pissenlit avec ses feuilles découpés en lobes triangulaires et ses inflorescences jaune soleil qui recouvrent les prairies au printemps. Je sais que dans les pelouses il n’est pas trop apprécié. Mais au lieu de l’arracher et de le mettre sur le compost vous pouvez le ramener en cuisine ! Car tout se mange dans le pissenlit : la racine, les feuilles, les boutons floraux, les fleurs.

Salade de pissenlits

Le plat le plus connu est la salade de feuilles de pissenlit. Un peu amères, elles sont plus tendres au printemps mais peuvent être récoltées tout au long de l’année. Vous pouvez atténuer leur amertume en ajoutant de petits morceaux de pomme, des œufs durs, des noix ou un peu de miel dans la vinaigrette.

Les boutons floraux sont d’excellents ajouts aux salades. Vous pouvez les conserver dans du vinaigre tel des câpres ou les faire revenir à la poêle avec d’autres légumes, c’est excellent !

Les fleurs sont utilisées pour confectionner de la confiture à la consistance de miel ou pour aromatiser du vin. Bien sûr, elles peuvent trouver leur place en décoration sur vos plats et dans vos salades.

Poêlée de racines de pissenlit

Et si vous êtes en train d’arracher les pissenlits de votre pelouse ou de votre potager, goûtez à leurs racines ! Ca vaut vraiment le coût, elles sont excellentes ! Il faut juste les frotter, les couper en morceaux et les faire revenir à la poêle avec un peu d’oignon. Personnellement, j’adore. La meilleure saison pour les récolter est l’hiver. Après la floraison, elles risquent d’être trop fibreuses parce qu’elles ont donné tout leur « jus » aux fleurs.

les racines de pissenlit : faciles à cuisiner !
les racines de pissenlit : faciles à cuisiner !

Quelques critères de reconnaissance du pissenlit :

  • Feuilles regroupées en rosette
  • Feuilles découpées en losanges triangulaires, dégageant un latex blanc
  • Tige creuse non ramifiée portant une inflorescence unique
  • Inflorescence en « capitule » composée d’innombrables fleurs jaunes en forme de languette
  • Les fruits sont regroupés en boule aérienne. Chaque petit fruit noir et allongé est surmonté d’une aigrette soyeuse

Plantes faciles à cuisiner N° 3 : LA PAQUERETTE

Saviez-vous que les pâquerettes se mangent ? Et oui… encore une plante qui pousse partout et qui peut se retrouver facilement dans notre assiette !

les paquerettes ça se mange !!!
les paquerettes ça se mange !!!

Les fleurs de pâquerette sont légèrement piquantes, fruitées et acidulées. On peut les utiliser dans des plats sucrés comme salés. Dans des mélanges de légumes, des galettes de céréales, des cakes aux olives, des gâteaux aux fruits… et dans ses fameuses gaufres dont vous trouvez la recette ici : https://plantes-sauvages-comestibles.com/gaufres-aux-fleurs-de-paquerette/

gaufres aux paquerettes !
gaufres aux paquerettes !

Sur le blog, une des recettes phare est d’ailleurs les gaufres aux légumes, alors pourquoi pas y intégrer des pâquerettes 😉

Si vous posez quelques fleurs de pâquerette en décoration sur une salade ou sur un plateau de bouchées apéritives, vos invité(e)s vous prendront tout de suite pour un(e) artiste !

Les feuilles de pâquerette se mangent également. Je n’en ferai pas une salade entière car, vu leur taille, ça demanderait pas mal de temps et leur goût assez piquant risquerait d’irriter la gorge. Mais on peut les ajouter aux salades ou aux légumes sans problème.

Quelques critères de reconnaissance de la pâquerette :

  • Petites feuilles en forme de spatule, regroupés en rosette
  • Pédoncule (tige de la feuille) poilu portant une unique inflorescence
  • Inflorescence en capitule composée au centre de minuscules fleurs jaunes en forme de tube et en périphérie des fleurs blanches (souvent roses en dessous) en forme de languette
  • Plante ne dépassant pas 30 cm de hauteur

Plantes faciles à cuisiner N° 4 : LE PLANTAIN

SI vous vous êtes fait piquer par des orties, allez vite trouver du plantain ! Que ce soit le grand plantain avec ses feuilles largement ovales, le plantain lancéolé avec ses feuilles en forme de lance ou le moyen qui est entre les deux, prenez une ou deux feuilles, mâchez-les rapidement pour les écraser et pour que leur jus sorte et appliquez-les sur les piqûres. La brûlure va tout de suite s’apaiser.

plantain : une plante sauvage facile à cuisiner !
plantain : une plante sauvage facile à cuisiner !

Vous aurez eu comme ça l’occasion de vous apercevoir que le plantain a un petit goût de champignon sympathique. Les feuilles des trois espèces principales de plantain se mangent. Elles ont toutes des nervures parallèles. Ces nervures sont tendres au printemps mais deviennent plus fibreuses au fur et à mesure que la saison avance. C’est pourquoi je hache le plantain avant de l’utiliser dans ce pistou par exemple.

Les personnes qui ont lu cet article, ont aussi lu :   5 recettes pour modifier des produits ultra-transformés en plat fait-maison !

Pistou au plantain

Pour cela je mixe un bol de feuilles de plantain hachées avec 1 gousse d’ail, 30 g de graines de tournesol, 10 cl d’huile d’olive et un peu de sel. J’utilise ce pistou comme pâte à tartiner sur des toasts en apéritif ou en accompagnement de légumes ou de pâtes.

pesto de plantain !
pesto de plantain !

Mais il n’y a pas que les feuilles, on peut aussi manger les boutons floraux du plantain. Ils ont un goût encore plus prononcé de champignon. Faites revenir un oignon et des boutons de plantain dans une poêle et versez des œufs battus dessus : Cela fait une super omelette au goût subtil de champignons !

Quelques critères de reconnaissance du plantain lancéolé

  • Feuilles longues en forme de lance, avec des nervures parallèles, regroupées en rosette
  • Tiges non ramifiées, sans feuilles, portant un épis floral noir-vert
  • Fleurs regroupées en épis cylindrique, à étamines blanches saillantes

Plantes faciles à cuisiner N° 5 : LE SUREAU NOIR

En dernier, je souhaite vous présenter le sureau noir, cet arbuste qui porte de grandes inflorescences plates de couleur blanc-crème au printemps. Les fleurs ont un merveilleux parfum et parfument délicieusement toutes sortes de crèmes dessert, glaces, salades de fruits, compotes et pâtisseries.

un sureau fleuri : wahou ! à table !!!
un sureau fleuri : wahou ! à table !!!

Beignets de fleurs de sureau

Les deux recettes les plus connues sont celles de la limonade de fleurs de sureau (appelée aussi « champagne des fées ») et les beignets de fleurs de sureau. Pour ces derniers, on trempe les inflorescences dans une pâte à beignets assez fluide en les tenant par leur pédoncule et on les plonge dans un bain d’huile. Pas besoin d’avoir une friteuse… ça marche aussi dans une poêle et vous utilisez moins d’huile comme ça.

plante sauvage facile à cuisiner
la fleur de sureau facile à cuisiner notamment en beignets

En août/septembre, vous pouvez récolter les fruits du sureau noir. Attention, crues elles créent des vomissements, il faut les faire cuire. Mais elles font d’excellentes compotes, confitures et gelées. En mélange à des pêches ou des pommes, j’en fait de délicieux crumbles. Les fleurs et les fruits sont des stimulants du système immunitaire. Les anglo-saxons utilisent beaucoup le sirop de baies de sureau pour se prémunir de la grippe en hiver.

Quelques critères de reconnaissance du sureau noir

  • Arbuste de 2 à 5 mètres de haut, très ramifié
  • Ecorce claire, couverte de lenticelles liégeuses
  • Feuille composée de 6 à 7 folioles dentées et pointues
  • Petites fleurs blanc crème à 5 pétales soudées, odorantes, regroupées en larges inflorescences (corymbes)
  • Fruits : baies rondes, noirs et luisantes. Les corymbes de fruits sont dirigés vers le sol

Attention à la confusion avec le sureau hièble, toxique, qui est une plante herbacée, donc qui n’a pas de bois, haute de seulement 60 à 150 cm et dont les corymbes de fruits sont dirigés vers le haut !

Plantes faciles à cuisiner : LA PRECAUTION

Cette dernière remarque nous rappelle qu’il faut bien sûr cueillir les plantes sauvages seulement quand on les a identifiées avec 100% de certitude ! C’est pourquoi je vous ai présenté dans cet article des plantes communes et faciles à reconnaître. Si vous voulez aller plus loin sur le sujet et découvrir bien plus de plantes sauvages comestibles, des astuces pour les reconnaître et des recettes, rendez-vous sur https://plantes-sauvages-comestibles.com.

1 thought on “5 plantes sauvages faciles à cuisiner

  1. Ah, une bonne salade vosgienne. Des pissenlits, des lardons et leur jus encore chaud. Peut-être pas super diététique et donc on ne la trouve que rarement dans les restaurants de Gérardmer ou La Bresse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.