J’ai fait du chou lacto-fermenté

Partager l'article :

La lactofermentation , je vous en ai parlé dans un article précédent : les légumes lacto-fermentés : c’est quoi?. J’avais hâte de lancer moi-même mon 1er bocal de chou lacto-fermenté et ça y est !!!

Cette technique ancestrale est bénéfique pour chouchouter son microbiote.

Ainsi, je vous raconte la méthode suivie dans ce 2ème article.

Quel chou ?

Pour cet essai, j’ai pris un chou vert, lisse. Il ne faut pas laver le chou, mais uniquement enlever les premières feuilles.

J’ai choisi de le râper à la mandoline finement en entier, en enlevant les parties très dures.

Pour ce premier essai, j’ai choisi de faire simple et tester une recette nature sans aromates ajoutés.

La saumure pour enclencher la lacto-fermentation

En me servant de la vidéo qui est dans mon premier article, j’ai choisi de faire une saumure à 30g par litre de sel.

Pour cela, il faut bien se rappeler que l’ennemi de la lacto-fermentation est l’eau chlorée. Donc j’ai pris une bouteille d’eau de source que j’ai transvasé dans une grande cruche et dans laquelle j’ai versé 30g de sel non raffiné (sel de Guerande, ou autre sel marin gris). Il faut bien mélanger pour que tout le sel soit dissout.

saumure de lacto-fermentation
saumure de lacto-fermentation

Préparation du bocal de chou lacto-fermenté

Ensuite j’ai pris un bocal avec caoutchouc qui se ferme à l’aide d’une fixation (je crois de 75cl). J’y ai placé les lamelles de chou émincé finement en tassant beaucoup pour chasser l’air. Puis j’ai versé la saumure au fur et à mesure afin qu’elle recouvre totalement les lamelles de chou tassées à la fin.

Le plus difficile dans tout cela a été de trouver une cale à mettre au dessus de la préparation avant de fermer. Des jarres de fermentation existent et elles ont un anneau exprès pour caler. Là, dans un bocal fait-maison, il me fallait un objet assez petit pour rentrer dans le bocal, et aussi en matière inerte. Je n’avais pas de coupelle de tasse à café sous la main, mais une petit tasse à café en émail blanc sans motif a fait l’affaire.

caler le chou lacto fermenté
Trouver une cale : le plus difficile pour cette recette 😉 !!!

La première semaine du chou lacto-fermenté

Une fois le bocal fermé, il faut le laisser à température ambiante pendant une semaine. je l’ai donc laissé dans la cuisine sur un plateau car il y a un risque de débordement. Et effectivement, ça a débordé un peu.

Les personnes qui ont lu cet article, ont aussi lu :   Comment faire de la corde à sauter ?

Lors de cette première semaine, la lacto-fermentation commence, on voit des petites bulles se former dans le bocal. Et quelque fois, on entend même une sorte de respiration (du gaz qui sort en fait).

Au bout d’un mois, c’est prêt !

Au bout d’une semaine à température ambiante, il faut ensuite mettre le bocal au frais et au sec, environ 15°C ou à la cave pendant 1 mois. (ou même 3-4 mois)

Nous avons dégusté le chou lacto-fermenté au bout d’un mois. Nous étions pressé de connaître le résultat ;-).

Pour ne pas louper la date, j’avais inscrit au marqueur sur le bocal la date de préparation. Et je m’étais mis un rappel sur mon portable de la date à laquelle je pouvais aller le chercher aussi !

L’indicateur de réussite de la lacto-fermentation est une bonne odeur qui se dégage à l’ouverture.

Au niveau gustatif, cette préparation de chou lacto-fermenté ressemble fortement à de la choucroute assez douce, que nous avons dégusté en crudité donc non chauffé pour préserver toutes les bonnes bactéries justement. J’ai adoré mélanger avec quelques carottes râpées fraîche aussi.

Pour ne pas casser le système lacto-fermenté, il faut bien se servir d’une fourchette propre pour aller prélever dans le bocal. Et conserver le bocal au frigo après ouverture.

Et voilà, la dégustation a été un succès !!! C’est sûr que ce type de préparation fera maintenant partie de notre panel de recettes. J’avais d’ailleurs listé les bienfaits des légumes lacto-fermentés dans le 1er article.

Pour de prochains essais avec d’autres légumes, je consulterai le site de référence des aliments lacto-fermentés qui est Ni cru, Ni cuit !

Est-ce que ça vous donne envie d’essayer pour chouchouter votre microbiote? Dites le moi en commentaires!

13 thoughts on “J’ai fait du chou lacto-fermenté

  1. C’est que tu me donnerais envie de recommencer avec les légumes lacto fermentés.

    Mon premier essai de lacto fermentation a été un cuisant échec, j’ai dû tout jeter 🙁

    Tu as essayé d’autres légumes ?

    1. Marion, oui je me doute que ça ne doit pas réussir à tous les coups ! Non je n’ai pas encore essayé avec d’autres légumes pour l’instant mais c’est en projet !!!

    2. J’imagine que les échecs peuvent arriver à tous moments oui !
      Non je n’ai pas encore essayé avec d’autres légumes, j’attendrai ceux de cet été dans mon potager, donc c’est en projet évidemment !

  2. J’ai moi aussi profité de cette période pour tester la lacto-fermentation : chou-carotte-gingembre (très parfumé, trop bon !) et citrons confits avec cette méthode. C’est top pour agrémenter les plats !

    1. J’ai été un peu déçue par un pot très aromatique chou-carottes-poivrons-épices que j’avais acheté alors je suis un peu frilleuse à essayer trop d’ingrédients d’un coup !

  3. Une recette simple et efficace ! Merci.
    J’ai eu l’occasion de préparer une choucroute maison à l’ancienne, avec les vieilles mandolines d’antan. Ça fait sacrément mal aux mains. Et c’est tellement satisfaisant de l’avoir préparé soi-même.
    Effectivement la cale est cruciale dans le processus, bonne idée la tasse à l’envers.

  4. Bonjour Marie,
    En effet, cela n’a pas l’air trop compliqué. Il faudra qu’on essaie pour pouvoir goûter et éprouver les bienfaits. As-tu déjà une liste de légumes qui sont compatibles ? Quel est ton prochain objectif ?

    1. Effectivement beaucoup de légumes sont compatibles mais pas tous . J’ai lu que les haricots verts c’était compliqué.
      Mon prochain objectif est de recommencer le chou car c’était super bon. Puis de faire avec les légumes du jardin cet été aussi !

  5. Bonjour!
    C’est rigolo, je viens de tester aussi cette semaine pour la première fois et la je vois ton article…
    Je me suis servi également du site ni cru ni cuit. Ça donne envie d’essayer pleins de trucs, 😋
    Par contre, j’ai fait avec du sel et pas de la saumure…
    Merci pour le partage!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.