Mes astuces pour des repas sereins en famille

Partager l'article :

Mes astuces pour des repas sereins en familles

Cet article fait suite au carnaval d’articles organisé par Nath du blog https://nutri-momes.com/. Les blogueurs s’unissent et publient autour du thème “Vos astuces pour des repas sereins en famille”. Vous aurez accès librement à la compilation de ces articles sous forme d’un e-book gratuit. Si vous avez aimé cet article, je vous remercie de cliquer sur Partager l’article !

Les repas en famille : super sujet !

En voyant le sujet de l’événement inter-blogueur de Nathalie, j’ai tout de suite eu envie d’y participer (évidemment) car les repas en famille sont un sujet dont on pourrait parler des heures ! Le slogan de mon blog étant en plus ‘Puisez dans le quotidien d’une nutritionniste toutes les astuces et conseils utiles à vos repas’. Et bien je vous raconte tout !

Avant le repas en famille, il y a…

Et oui ! Ce qui se passe avant le repas a beaucoup d’importance à mes yeux. Je pense que c’est important de savoir d’où viennent les aliments qu’on a dans l’assiette, et pas juste acheter du lait en brique au supermarché par exemple.

Dans le jardin

pommes de notre verger 2018
pommes de notre verger 2018

Nous avons la chance de vivre à la campagne et d’avoir un contact quotidien à la Nature et à ce qu’elle nous donne à manger. Nous cultivons notre potager et avons un verger : ainsi mon fils voit comment il faut préparer la terre (il participe), ensuite semer les graines (il adore !), aller voir si cela pousse (aussi impatient que sa maman !), désherber et/ou pailler, et surtout…récolter !

Ces moments de récolte avec lui sont magiques : ses yeux brillent, il saute, il crie quand il voit un nouveau légume caché sous une feuille ou une nouvelle tomate rouge. Et c’est bien sûr l’occasion de goûter sur place les légumes et les fruits qu’on a cueilli, sans être autour de la table du repas en famille ! Ce bonheur de récolter soi-même le fruit de son travail a un sens profond pour qu’ensuite il en mange à table avec plaisir !

A l’AMAP

Mon fils vient très souvent aux distributions de l’AMAP (Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne) et rencontre ainsi les producteurs qui font les produits que l’on mange. Nous visitons leurs fermes régulièrement aussi. Ainsi ce qu’on a dans notre assiette n’est pas ‘neutre’ : les aliments ont une histoire et un savoir-faire que je trouve importants de faire connaître à mon fils. Et tout cela participe à mes yeux grandement à son éveil et sa curiosité envers l’alimentation en générale, et à des repas sereins ! Il aime goûter de tout, et même regoûter s’il n’a pas aimé la première fois !

produits de l'Amap pour nos repas
produits de l’Amap pour nos repas

Avant le repas, on cuisine !

La cuisine

La cuisine est chez nous est un lieu central dans la maison. Elle est le long d’un mur juste à côté de la grande table où l’on mange tous les 3, mais aussi celle où on l’on reçoit des amis ou de la famille. Nous n’avons pas de salle à manger mais une grande pièce à vivre de 40m² où 20m² environ sont destinés à la cuisine, et les 20m² qui restent sont une salle de jeux avec un canapé. Celui ou ceux qui cuisinent ne sont donc pas isolés pour cuisiner.

La tour d’apprentissage

cuisiner ensemble avant le repas
cuisiner ensemble avant le repas

Depuis tout petit, nous avons une tour d’apprentissage pour mon fils pour qu’il puisse monter seul dedans et se mettre debout à hauteur pour cuisiner sur le plan de travail de la cuisine. Il cuisine donc depuis tout petit. Il nous voit cuisiner très régulièrement et participe volontiers : à la pâtisserie mais aussi à l’épluchage, à la découpe, au mixage, au mélange, etc… Il n’y a que l’étape de cuisson pour l’instant qui ne lui est pas autorisée à 4,5ans.

Cuisiner ensemble est un point important pour que les repas soient un moment de plaisir partagés ensuite.

La variété

Nous sommes très attachés à être créatif pour les repas et à avoir une grande variété d’aliments, de plats et de recettes différentes pour que nos repas ne soient pas monotones. La variété participe à notre plaisir gustatif et à se mettre à table avec entrain et envie. Il n’est pas rare que mon fils de 4ans participe au choix du menu et donne son avis sur ce qu’il veut manger en se laissant guider par ses envies du moment (maman j’ai envie de manger des pois chiches aujourd’hui !!).

Nous aimons manger et je pense que nous lui transmettons aussi par du verbal (commenter ce qu’on mange) et du non-verbal, notre plaisir à manger de bons produits. Quand je cuisine de courgettes par exemple, mon mari qui n’en raffole pas, n’a jamais fait de commentaires négatifs devant notre fils pour ne pas l’influencer. En effet, un enfant agit beaucoup par imitation. Donc nos comportements en tant que parents ont une grande influence.

Pendant le repas, on s’assoit (un peu)

A table

A des heures de repas assez régulières (8h, 12h, 16h, 19h), nous nous asseyons ensemble au tour de la table quand le repas est prêt. Au signal ‘A table !!!!!’, tout le monde vient s’asseoir. Bon, souvent, on se relève car on a oublié un verre d’eau, la moutarde ou que le chat miaule derrière la porte (à tous les repas…). Il faut le savoir : les enfants ne sont pas faits pour rester assis longtemps à table. Sachant cela, nous restons souples vis-à-vis de ses besoins de bouger souvent.

Des légumes en premier

Je lui prépare très souvent des petits crudités à manger avec les doigts dans son assiette. Il vient même commencer à les picorer s’il a très faim et que la suite du repas n’est pas encore tout à fait prête. L’astuce de mettre des légumes en premier dans l’assiette alors qu’il a très faim marche très bien. (J’avoue sur les cubes de concombre, je rajoute un peu de fromage de chèvre pour l’appâter aussi !)

Manger et/ou jouer

Ensuite on essaye de discuter avec lui, ou de raconter des histoires ou même d’emmener quelques jouets à côté de lui pour qu’il reste un peu à table et pour qu’il pense à manger !!! Si nous nous laissons trop emporter dans nos conversations d’adultes, il fuit la table et préfère alors aller jouer.

Il mange trèèèès lentement (ce qui est très bien), mais du coup s’il se lève de table rapidement pour aller jouer, il ne mange pas beaucoup… et a faim 30min après : ce n’est pas pratique ! Bref vous l’aurez compris entre les lignes, nous essayons de faire du repas un moment sympathique, non stressant et convivial.

Les repas pris au restaurant

Depuis tout petit (10mois), nous allons régulièrement manger au restaurant en famille. Nous avons très souvent des compliments quant au comportement de mon fils dans ces endroits de convivialité. Il mange et goûte avec curiosité, il commente ce qu’il goûte, et nous jouons avec lui dans les moments d’attente et de transition. Nous n’hésitons pas à l’emmener goûter de la cuisine du Monde (sushi, resto chinois, etc…). Aucun stress pour nous, mais plutôt un grand moment serein de plaisir partagé.

Fin du repas : respectez la satiété

pommes pour un petit dessert
pommes pour un petit dessert

Quand un enfant n’a plus faim, inutile de l’amadouer à manger encore une cuillère ou pire le forcer à finir son assiette, il est connecté à ses besoins primaires bien mieux que nous, et il faut juste lâcher prise et respecter sa satiété ! Il n’est pas rare que mon fils ne veuille pas de dessert le midi par exemple. Je laisse donc quelques quartiers de pommes sur la table au cas où il changerait d’avis.

Par contre, nous ne le forçons jamais à goûter ou à manger : nous le laissons complétement libre de ses choix.

Pour compléter ce paragraphe, vous pouvez ici lire mon article-invité sur le blog de Nathalie sur les phrases à éviter pendant le repas ‘Non, non ne finis pas ton assiette’.

Hors du repas et du goûter, on ne grignote pas

La théorie

Pour qu’un enfant ne puisse pas grignoter, il ne faut pas qu’il voit de la nourriture entre les repas, ni qu’il puisse en attraper seul. Un enfant est guidé par ses yeux et la notion de plaisir uniquement ! Il n’en a que faire des injonctions de bonne santé, ou qu’il n’est pas l’heure, etc…

Ainsi chez nous à part quelques pommes au fond du panier à fruits, aucun aliment n’est visible.

Si un enfant grignote en dehors des repas et du goûter, ce n’est pas bon pour son système digestif et en plus il va se décaler par rapport au repas.

La pratique

Mais je peux vous avouer que la théorie c’est bien, mais que dans la pratique mon fils peut demander un morceau à 18h ou à 20h30. Je ne peux pas lui interdire ces prises alimentaires car il me les réclame par faim. Je lui propose alors des aliments sains à ces moments-là : légumes ou fruits à 18h, et lait, pain, ou banane à 20h30.

Si vous êtes un adulte et que vous êtes concerné par le grignotage, vous aurez peut- être envie de lire mon article 7 choses à faire pour éviter de grignoter

Conclusion :

Vous l’aurez compris les repas sont des moments très importants chez nous, et qui se passent dans la sérénité grâce à toutes ces astuces.

  • 1
    Partage

3 thoughts on “Mes astuces pour des repas sereins en famille

  1. Nos enfants apprennent aussi à récolter directement les aliments dans la nature, comme les cerises sur l’arbre du voisin (avec son autorisation) ou les pommes délaissées dans les nombreux vergers à l’abandon autour de Vittel par exemple 🙂
    Pour nous qui avons 4 ventres gourmands (en plus de nous deux, parents), nous établissons le menu de la semaine avec eux le dimanche. Ce qui est bien, c’est qu’ils ont compris qu’on ne peut pas faire de salade de tomates en plein hiver ! Et on reste à des choses faciles et rapides à faire. Les grands menus sont réservés pour le dimanche.
    Je voulais aussi dire que certains menus ne plaisent pas à tous (difficile de contenter 4 enfants en même temps, surtout que l’un d’eux voudrait manger du poisson tous les jours et l’autre des haricots…). Donc il y a parfois des grimaces, mais tant pis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.